Rechercher
  • Art Roomer

Le Guso, c'est obligatoire

Aujourd'hui on se parle Guso et on va découvrir plein de choses, à commencer par le simple fait que ça existe. Très peu de gens en ont entendu parler et il semblerait qu'il soit tout à fait nécessaire d'y remédier parce que… c'est très important d'être bien avec l'administration, n'est-ce pas ?



Alors le Guso, c'est quoi ? C'est le "Guichet Unique de Spectacle Occasionnel". Autrement dit, une émanation de l'administration fiscale dont le but est de déclarer une activité professionnelle (liée au spectacle) et, bien entendu, de payer les cotisations sociales qui vont avec.


Pour les artistes, c'est plutôt une bonne chose car comme le nom Guso l'indique, il s'agit d'un guichet unique qui va leur éviter d'avoir à faire dix déclarations différentes à dix organismes différents. On a dit dix ? En réalité c'est sept… : Formation professionnelle, retraite complémentaire et prévoyance, médecine et santé au travail, congés payés, assurance chômage, sécurité sociale et, pour finir, les impôts sur le revenu.


Jusqu'ici tout va bien.


Ça risque de grincer un peu quand vous allez apprendre que ce n'est pas à l'artiste de faire ces déclarations, mais à son employeur… donc potentiellement, vous. On ne panique pas pour autant car aussi surprenant que cela puisse paraître, c'est très simple. On y reviendra tout à l'heure.


Pour le moment, voyons précisément à qui s'adresse le Guso et, pour ça, la meilleure source d'information est leur site internet (guso.fr) sur lequel on nous explique que :

"Il concerne tous les employeurs qui n’ont pas pour activité principale la diffusion ou la production de spectacles, l’exploitation de lieux de spectacle, de parcs de loisirs ou d’attractions : Personnes physiques (particuliers, commerçants, professions libérales…), personnes morales de droit privé (associations, entreprises, comités d’entreprises, hôtels, restaurants...)"

Pour résumer, si vous êtes un particulier ou une entreprise et que vous souhaitez faire travailler un artiste juste une fois pour un événement, ça vous concerne. A ce sujet, une petite précision tout de même : si vous organisez 6 spectacles ou plus par an, vous devrez être titulaire d'une licence spécifique.


Avant de faire travailler l'artiste de votre choix vous devrez donc le déclarer au Guso et chose étonnante, l'administration est relativement souple puisque vous pouvez le faire jusqu'à seulement deux heures avant le spectacle. C'est un délai inhabituellement court.


On vous le disait plus haut, le Guso est vraiment simple à utiliser et c'est déjà une bonne surprise. La cerise sur le gâteau est que le simple fait de suivre les étapes de la déclaration suffit à faire le contrat de travail de l'artiste que vous embauchez. Donc pas besoin de faire des recherches compliquées sur Internet pour trouver le bon modèle de contrat.


Les étapes à suivre sont au nombre de quatre la première fois, et de trois les fois suivantes :


1- On s'inscrit

2- On fait une petite simulation pour éviter une mauvaise surprise (et pour aider à passer l'étape 3)

3- On saisit les informations nécessaires à la protection sociale, etc. (dont certaines obtenues lors de l'étape 2)

4- On paye tout de suite ou dans les 15 jours qui suivent l'événement (par carte bancaire, par prélèvement ou par virement).


Disons-le tout de suite, l'administration fiscale n'est pas connue pour faire les choses simplement et la facilité de cette démarche est une exception. L'administration n'est pas non plus réputée pour faire des formulaires design et celui du Guso… n’est pas une exception. Cependant, il a le mérite d'être clair, de ne demander que relativement peu de renseignements et en moins de cinq minutes tout devrait pouvoir être renseigné.


Voilà, maintenant vous le savez, le Guso est une étape obligatoire qui est plutôt simple et rapide. Dans la plupart des cas il ne vous faudra pas plus de 20 minutes pour être en règle et protégé légalement. Pour rappel tout se passe ici : www.guso.fr